Le guide de votre bien-être à domicile

Couche jetable bio

Actualités

Couches jetables et environnement: quel est l'enjeu?

L’impact le plus évident est sans conteste le déchet que constitue une couche jetable usagée.Pour un seul enfant, de sa naissance à l’acquisition de la propreté, il faudra:
-4,5 arbres
-25 kg de plastique (nécessitant 67 kg de pétrole brut)
-4500 couches, soit 820 kg de déchets
En outre, il faut environ 200 ans pour sa décomposition partielle. Et tenant compte de la présence de tant de composés chimiques, son incinération n’est pas non plus une solution à recommander.Les couches jetables constituent près de 9% du contenu d’une poubelle ménagère belge !Les couches jetables demandent énormément d’eau pour leur fabrication et aussi plus de matières premières (notamment les polymères et la pâte à papier). Le bilan énergétique de leur fabrication est aussi négatif.Par contre, elles ne demandent ni eau, ni produit de lessive pour leur lavage.

Les dépenses pour les couches bébé

Votre budget "couches" va varier en fonction de l'âge de votre bébé, de ce qu'il traverse (une diarrhée pour un bébé, c'est un peu la misère …), de l'âge auquel votre enfant sera propre (diurne et nocturne) et bien sûr des couches que vous allez choisir !Dans les premières semaines, vous allez changer fréquemment votre bébé.
Vous utiliserez entre 6 et 7 couches minimum par jour pendant ses 2 premiers mois.
À partir du troisième mois, les changes deviennent moins fréquents, vous utiliserez AU minimum 4 ou 5 couches par jour … et ce, jusqu'à ce que votre enfant commence à s'intéresser à la propreté, soit vers 2 ans et demi en moyenne pour la propreté diurne, et 3 ans en moyenne pour la propreté nocturne.
Bien sûr, certains enfants sont "propres" plus précocement ou plus tard, ce sont des moyennes.
Donc, la première ligne de calcul : le nombre de couches utilisées pour un enfant sur 3 ans :

- Les deux premiers mois : entre 366 et 430 couches.
- Les mois qui suivent jusqu'à 2 ans et demi, soit 852 jours (cela laisse rêveur …) : environ entre 3400 et 4260 couches.
- Les derniers mois avant que la propreté nocturne soit également acquise : environ 180 couches.

Pour une année on peut estimer le coût des couches mini à environ  329 euros, les couches moyennes à 367 euros et les couches maxi à 406 euros.

Des subventions octroyées pour les couches bébé

Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce emboîtera le pas à plusieurs autres arrondissements montréalais en subventionnant l’achat de couches lavables. Une motion en ce sens sera déposée mardi au conseil d’arrondissement.
«On sait que ça représente énormément de déchets. Pour nous, c’est un enjeu de développement durable», pointe le conseiller de Darlington, Lionel Perez, qui est à l’origine de la motion.
Pour l’instant, il ne sait pas quelle forme prendra la subvention. «Les services regardent tous les modèles. On peut apprendre des autres cas ou développer notre propre modèle», dit M. Perez.
Les arrondissements de Ville-Marie et de Rosemont offrent par exemple 180$ en remboursement d’achats, tandis que dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et Verdun, 100$ sont offerts en subvention.
«Il faut aussi trouver une façon de sensibiliser les personnes à faible revenu, affirme Lionel Perez. Souvent, ce genre de programme est utilisé par des personnes qui ont la capacité de dépenser tout de suite. puis de recevoir la subvention. Vu la situation sociodémographique de notre arrondissement, le modèle devra prendre cet aspect du faible revenu en considération.»
L’autre initiative que souhaite mettre en place le conseiller est de voir si la Ville peut ouvrir la subvention aux centres de la petite enfance (CPE), là où il y a une «concentration de bébés en couches».
«Il y a une occasion d’accentuer la sensibilisation parmi les CPE. Le fait que ce soit jetable, c’est plus pratique et rapide, mais c’est aussi une question d’habitude», plaide M. Perez, qui rappelle que les couches jetables ont aussi un coût énorme à la Ville, ne serait-ce qu’au niveau des services de collectes d’ordures.

Présence de substances cancérogènes dans plusieurs marques de couche

Le magazine Figaro a passé à la loupe la composition de 12 marques de couches pour bébé. Les tests mettent en évidence la présence de résidus «potentiellement toxiques» dans 10 des 12 produits analysés.
Selon les auteurs de l'enquête, les langes qui protègent les fesses des nourrissons contiennent des résidus de pesticides, comme le glyphosate (le principe actif du célèbre herbicide Roundup), des dioxines, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des traces de composés organiques volatils. Le glyphosate, une substance active des herbicides, a récemment été classée «cancérogène probable pour l'homme» par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ). «La présence de substances à caractère toxique dans ces produits est inacceptable!», tempête le mensuel. Même si ce dernier reconnait que «le risque sanitaire reste à déterminer».
Ces substances sont détectées dans des modèles écologiques, comme «Carrefour Baby Eco Planet», ou conventionnels, comme «Pampers Baby Dry», les deux produits qui affichent les plus mauvais résultats. «Pour l'instant, nous n'avons pas connaissance de la totalité des résultats de l'étude (..) Avant d'apporter des éléments de réponses, nous souhaitons donc connaître cette étude», indique une porte-parole de Carrefour. Le distributeur ajoute qu'il «respecte scrupuleusement la réglementation en vigueur». Même position de la part de Pampers.
A l'inverse, les marques écologiques «Love & Green» et celle de Leclerc «Mots d'enfants», sont les seules à ne pas contenir de substance toxique. Preuve que c'est possible, estime 60 millions de consommateurs. D'autant que ces deux produits ne figurent pas parmi les plus onéreux. A 20 centimes l'unité, les couches «Mots d'enfants» figurent même parmi les moins chères du marché. «Nous utilisons des matières naturelles, au maximum... c'est notre combat! indique Céline Augusto, cofondatrice de Love & Green. «Nos couches sont composées de 40% à 50% de cellulose et nous utilisons des bioplastiques, des matières bien souvent délaissées par les autres marques au profit de plastiques, pétrolum et...matériaux moins onéreux», ajoute-t-elle.

Change de bébé : comment s’y prendre correctement ?

Pour garder bébé au propre, l’utilisation d’une couche est nécessaire car il en va du confort et de la santé de bébé. Même si actuellement, la tendance bébé sans couche prend de l’ampleur, les couches restent l’accessoire de prédilection pour les besoins de bébé. Dans une journée, la couche est à changer plusieurs fois et quand on s’y prend mal, cela peut être une tâche vraiment difficile.

Toutefois, il suffit de connaitre les bons gestes pour réussir à bien le change de bébé. Voici nos conseils pour y arriver :
-Les parents ont tendance à croire que bébé pleure quand il est sale mais il peut très bien rester tranquille même si sa couche est pleine. En effet, cela lui procure une sensation de chaleur qui le calme mais les selles contiennent des microbes qui peuvent irriter la peau donc il faut changer bébé au plus vite. Il faut mettre le bébé sur la table à langer pour qu’il s’allonge. De cette façon il est plus facile de détacher la couche en soulevant bébé par ses pieds. Vous pouvez plier la couche sur elle-même et utiliser la partie propre pour rabattre les selles. Jetez la couche à la poubelle sans jamais laisser le bébé seul sur la table à langer.
- Au moment du nettoyage, vous pouvez utiliser des lingettes mais avec les risques que les lingettes présentes, il est préférable d’utiliser de l’eau tiède, du savon et du coton. Commencez par les parties intimes avant de faire les fesses. Utilisez une serviette propre pour sécher la peau de bébé. Pour cela, il faut juste tamponner.
-Ensuite, vous soulevez une fois de plus votre enfant par les pieds et déposez une couche propre sous ses fesses. Positionnez la couche correctement et attachez-là de façon à ce que le ventre de bébé ne soit trop serré. Pour le savoir, mettre votre doigt entre la couche et le ventre et si le doigt passe c’est que la couche est bien ajustée.

Des couches culottes connectées

De nos jours, tous les membres de la famille vivent au même rythme des nouvelles technologies. Une addiction qui concerne désormais le nouveau-né habillé de couches capables d'envoyer un tweet aux parents lorsqu’elles sont pleines.

Des objets connectés

Tout comme les voitures, les téléviseurs, les réfrigérateurs et les plantes d’intérieur, la couche jetable bio reste connectée aux téléphones mobiles de papa et maman pour les appeler à la rescousse dès que bébé aura fait ses besoins. Pour y arriver, la marque Huggies a créé Tweet Pee, un petit capteur d’humidité sous forme d’oiseau bleu à installer sur la couche-culotte. Via Bluetooth, le dispositif émet une alerte sur le smartphone des parents lorsque la couche est pleine. Avec l’aide d’une application spécifique, Twitter se réfère à l’apparence du capteur. Outre le côté pratique de cette invention, elle permet aux parents de compter les couches usées et de commander directement chez Huggies pour renouveler le stock. Pour les jeunes parents férus de technologie, voici donc une nouvelle manière de simplifier la vie et améliorer la gestion des fréquences de change et de pleurs de bébé.

Une expérience

Même si l’idée semble intéressante, le Tweet Pee n’est pas un produit dédié à la grande consommation. En effet, il a été créé dans le cadre d’une campagne de promotion brésilienne et il n’existe que 10 exemplaires du petit oiseau capteur d’humidité. D’après les responsables de la marque, « ce concept ne sera pas proposé au public, et à aucun moment nous ne suggérons que les parents ne sont pas capables ou n’ont pas le temps de voir quand leurs bébés ont besoin d’être changés ! ».

Retour sur les anciennes techniques de change pour bébé

De nos jours, les jeunes parents ont accès à des solutions très performantes comme la couche jetable bio ou la couche lavable pour répondre aux besoins corporels de bébé tout en respectant l’environnement. Mais qu’en est-il des pratiques anciennes qui n’ont jamais eu d’impact majeur sur notre écologie ?

Pour les mamans qui sont en train de constituer la layette, voici un petit retour sur ce qui se faisait chez les anciennes tribus :

L’emmaillotage pratiqué dans l’Amérique coloniale qui n’était pas capable d’absorber l’humidité.

L’apprentissage précoce de la propreté.

La mousse sèche placée au fond des sacs en fourrure utilisés pour transporter les bébés des tchouktches, peuple de l’extrême orient russe. Durant toute la grossesse, la jeune femme tchouktche récolte de la mousse, ôte toutes les pierres et les brindilles et fait sécher l’ensemble.

Les sacs de sables utilisés comme couches et baby-sitter chez les habitants du nord de la Chine.

Un porte bébé rempli d’écorce d’un arbuste (purshie tridentée) utilisé par les Navajos.

Les porte-bébés avec « tubes à urines » intégrés utilisés en Asie centrale. Dans une explication détaillée de la version kurde, le tube en bois (extrémité en haut circulaire pour les garçons et ovale pour les filles) est entouré de tissu et installé doucement durant l’emmaillotage. En hiver, l’autre ouverture du tube qui sortait de la base du porte-bébé était reliée à une bouteille tandis que le dispositif laissait l’urine tomber directement par terre en été.

Ce sont autant de cultures et de traditions qui rappellent que l’homme a toujours su utiliser la nature et l’adapter à ses besoins.

Pour un bébé éco-responsable !

La préservation de l’environnement commence dès le plus jeune âge. C’est pour cela qu’il est intéressant de connaitre tous les produits bio indispensables qui feront partie de la layette.

Le change

Diminuez l’empreinte écologique de votre bébé en oubliant les lingettes jetables et en optant pour le liniment oléocalcaire, un produit 100% naturel composé d’eau de chaux et d’huile d’olive pour créer un film protecteur sur les fesses de bébé après le change. Ce mélange est à appliquer avec des petits carrés de tissus lavables en coton, chanvre ou bambou. Il suffit ensuite de lui mettre une couche lavable ou une couche jetable bio labélisée FSC, Naturemade Star ou My Climate.

Le bain

Choisissez une baignoire économique comme le Shantala qui a une forme ronde pour permettre à bébé de reprendre une position f½tale rassurante et confortable qui rappelle le long séjour dans le ventre de maman. Ce type de baignoire réduit également la quantité d’eau utilisée pour le bain du petit être.

L’habillage

Pour préserver la planète et la santé de votre tout petit, préférez les textiles bio labélisés de type Naturtextil, Ecocert ou Oeko-Tex qui ne contiennent aucune substance suspecte comme la formaldéhyde ou les phtalates qui sont des perturbateurs hormonaux. Pour chauffer le bébé lors des promenades en poussette durant l’hiver, optez pour la peau d’agneau tanné avec le procédé Renugan.

Evidement, toutes ces astuces sont à appliquer simplement car selon Catherine Piraud-Rouet, auteure du livre « Le guide de mon bébé au nature » paru aux éditions Nathan, être écolo c’est « choisir la simplicité volontaire ».

Des astuces pour permettre à bébé de faire ses nuits

Après l’accouchement, les mères ont souvent du mal à suivre le rythme du bébé qui a tendance se réveiller la nuit durant ses 3 premiers mois de vie. D’après les scientifiques, ces troubles du sommeil du nouveau-né s’expliquent par l’inadaptation à la vie sur terre car le bébé vis encore au rythme intra-utérin auquel il a été exposé durant 9 mois : aucune différence entre le jour et la nuit, pas d’heures de siestes, etc. Pour mieux aider les jeunes mamans à limiter ces nuits blanches, voici des techniques faciles à appliquer :

La disponibilité

Selon les pédopsychiatres, les bébés sont des « éponges à émotions » qui captent facilement l’impatience, les tracas, le stress et l’épuisement de sa mère. Pour calmer bébé, il vaut mieux oublier tous ces problèmes ou faire appel au papa pour gérer le tout petit.

La préparation

Le bébé nécessite quelques conditions qui l’aident à bien dormir. Avant le coucher, il vaut mieux le nourrir, le faire roter, changer sa couche jetable bio, l’habiller avec des vêtements confortables qui ne sont ni trop chauds, ni trop froids.

Le rythme régulier

Un tout petit être peut d’ores et déjà suivre un rythme de vie régulier avec un horaire de coucher fixe précédé d’un rituel de préparation identique : bain-biberon-berceuse-berceau par exemple. Pour l’aider à faire la différence entre le jour et la nuit, il faut éviter de le faire dormir dans le noir total à l’heure de la sieste et utiliser une autre source de lumière à part la veilleuse durant la nuit.

Enfin, il est important de sécuriser le nouveau-né durant ses premiers mois en utilisant une nacelle ou un couffin qui reproduit le cocon du ventre de sa mère. Les couvertures et les doudounes sont aussi les bienvenus lors des voyages.

Couches de nuit : sont-elles vraiment nécessaires ?

Les différentes marques de couche disposent actuellement des couches spécialement adaptés pour l’hygiène de bébé durant la nuit. Mais est-ce que c’est vraiment indispensable pour le confort de bébé ? Pour aider les mamans à faire le choix, certains points sont éclaircis.

Les caractéristiques des couches de nuit

La couche de bébé doit être changée toute les trois heures en moyenne durant la journée. La nuit, la plupart des bébés se réveillent facilement avec une couche pleine et le sommeil ne dure pas. Pour réussir à l’endormir, il faut changer la couche et user de beaucoup de tactique. Les parents sont fatigués et le sommeil de bébé est affecté. Pour répondre aux besoins de bébé la nuit, les couches de nuit offrent des caractéristiques plus évolués et plus adaptés à la situation :

-Absorption : Les couches de nuit présentent une qualité d’absorption beaucoup plus importante que les couches classiques. Elles permettent de garder les fesses de bébé sec pendant des heures sans entraîner des érythèmes fessiers.

-Etanchéité : grâce à ses voiles anti-fuite et sa barrière de protection, les couches de nuit évitent la fuite et propose une étanchéité de plus de douze heures. Elles sont aussi équipées d’attaches élastiques sur les côté pour s’adapter parfaitement à la morphologie de l’enfant. D’ailleurs les attaches adhésives sont réutilisables si la couche est mal positionnée au premier essai.

-Amélioration : durant la nuit, l’enfant reste allongé. L’urine s’installe différemment sur la couche que durant une position assise ou debout. Les couches de nuit disposent donc d’une zone d’absorption renforcée plus adaptée à la position allongée. Cela explique la performance étanche de la couche.

Bébé : comment adoucir son tout premier voyage en avion ?

Même pour les adultes, le déplacement en avion peut constituer un véritable défi et les décollages, les atterrissages et le fait d’être emprisonné dans un espace clos peuvent engendrer une panique. Chez les tous petits, les gênes se caractérisent par des cris et des larmes qui créent vite une crise de nerfs chez les jeunes parents qui profitent d’un tout premier voyage en famille. Pour éviter toute prise de tête, il existe quelques précautions de base :

Dès la réservation des billets, il faut demander aux compagnies un couffin pour le bébé. Pour plus de confort, un siège au premier rang d’une section cabine permet d’avoir plus d’espace pour les jambes.

La tétine ou le biberon aide les oreilles du bébé à oublier les effets de changement d’altitude lors du décollage et de l'atterrissage.

Pour les longs voyages, le vol de nuit permet de mieux respecter les habitudes du bébé qui passera la soirée en dormant.

Toujours prévoir les différents retards et les fuites de couches. Ainsi, le bagage à mains doit absolument contenir des couches, des lingettes, des serviettes et quelques tenues de rechange. Pour mieux respecter l’écologie, les couches jetables bio sont les meilleures alliées puisqu’elles peuvent être aisément jetées dans les poubelles.

Un bon set de change transportable est conseillé pour faciliter les moments de change et éviter d’attraper les microbes sur les tables de change des avions et des restaurants.

Pour finir, il faut essayer à tout prix de garder son calme, de faire face à tous les éventuels problèmes et de toujours positiver.